Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles locales

Une nouvelle exposition apporte de la « lumière » au Haut – the Southerner Online

Deux visiteurs du High s’arrêtent pour découvrir la nouvelle exposition « Dans la Ville Lumière : Paris, 1850-1920 ». L’exposition a ouvert ses portes le 3 septembre et se terminera le 31 décembre.

Cinq statues et environ 60 dessins, gravures, photographies et peintures de Paris de la fin du 19e au début du 20e siècle occupent le deuxième niveau du High Museum du Woodruff Arts Center. La nouvelle exposition « Dans la Ville Lumière : Paris, 1850-1920 » résume la dynamique architecturale, humaine et culturelle de la capitale française.

Dans l’exposition, des artistes français, comme Théophile Steinlen, Henri-Gabriel Ibels et Edgar Degas présentent l’art parisien sous diverses formes qui mettent en scène le luxe et les difficultés de la vie urbaine, les marchés et cafés animés et la classe ouvrière. Caroline Giddis, associée de recherche en conservation au High, a déclaré qu’étant donné l’histoire des expositions au High, cette exposition touchera davantage les téléspectateurs.

« Nous avons eu récemment de très grandes émissions, comme ‘Samurai’ et ‘Nubia’, qui mettent en vedette certaines des traditions artistiques les plus anciennes », a déclaré Giddis. « C’est un peu plus récent ; les gens connaissent peut-être le Paris du XIXe siècle. J’espère que cela attirera les spectateurs et qu’ils seront ensuite surpris de voir des œuvres d’art qui ne sont pas souvent montrées et de voir à quel point les pièces sont belles. Cela ajoute de l’enthousiasme.

Utilisant à la fois la collection du High et les œuvres d’art de collectionneurs privés, Giddis a déclaré qu’avec ses collaborateurs, collectionneurs privés et ceux du musée, elle avait remarqué un thème persan commun. Certains des points centraux des œuvres sont l’industrie du divertissement, montrant des cafés, des cabarets, des ballets et des concerts, ainsi que des représentations de classes sociales. Débutée en mai dernier, l’idée s’est transformée en un projet qui a donné naissance à l’exposition en septembre.

« Qu’il s’agisse du Parisien qui se promène dans la rue avec un air très glamour, ou de la classe ouvrière et des marchés, nous avons remarqué que le contenu de l’œuvre était vraiment centré sur les différents aspects de Paris », a déclaré Giddis. « Nous avons pensé que ce serait une occasion passionnante de mettre en valeur l’œuvre, mais aussi de célébrer Paris. »

Avant l’ouverture de l’exposition, Giddis a déclaré qu’elle s’attendait à une réponse positive de la part des touristes et des Atlantans visitant l’exposition.

« Le spectacle réserve beaucoup de surprises », a déclaré Giddis. « Cela montre une facette tellement différente de Paris avec les identités des danseurs, des interprètes et des femmes différentes et fortes qui existaient dans le monde du divertissement à Paris ; c’est vraiment un super spectacle.

Bill et Dee Cox, qui ont visité le musée depuis le sud de la Californie, ont déclaré avoir apprécié le caractère unique de l’exposition par rapport aux autres expositions du High.

« J’ai une première réaction forte à l’égard de l’exposition parce que je ne suis jamais allé à Paris », a déclaré Bill Cox. « J’ai simplement aimé voir les différents styles de ce type de période ancienne, mais aussi ce style d’art. »

Le moment de l’ouverture était à la fois intentionnel, avec les Jeux olympiques d’été de 2024 à Paris et les tendances des voyages en Europe à la hausse, et non intentionnel, a déclaré Giddis.

« Il se trouve que nous travaillions déjà sur ce spectacle, mais nous avons ensuite réalisé que ce qui attirerait beaucoup les gens qui ont voyagé cet été, serait de pouvoir revenir à l’automne et réfléchir à leur temps. [in Paris] », a déclaré Giddis. « Les gens peuvent être nostalgiques de leurs voyages, et cette exposition plus impressionniste les encourage à regarder une autre facette de Paris que celle qu’ils ont vue auparavant. »

Claudia Einecke, commissaire européenne d’art et d’expositions, qui a vécu à Paris, a déclaré que l’exposition apporte une compréhension différente de la ville.

« Pour moi, l’attrait particulier de cette exposition réside dans la grande variété kaléidoscopique de lieux, d’activités et de personnes qu’elle offre au spectateur », a déclaré Einecke. « Chaque vue urbaine, chaque scène animée offre un aperçu historique, social ou psychologique de la grande ville de Paris, la Ville Lumière, telle qu’elle était il y a plus de 100 ans et telle qu’elle l’est encore, à certains niveaux. »

Einecke a déclaré que le processus de recherche lui avait appris davantage sur les lieux parisiens, malgré ses visites précédentes.

« Maintenant, j’en sais plus sur l’histoire et je vois Paris sous un jour différent », a déclaré Einecke. « Ma compréhension est encore plus riche qu’avant et j’imagine que d’autres personnes vivront la même expérience. »

Tout en regroupant des œuvres d’art de l’inventaire du High et des collections privées, Giddis a déclaré que l’un des objectifs de l’exposition était de présenter des œuvres qui ne sont pas vues normalement.

« Chaque exposition diffère énormément selon ce que le conservateur essaie de réaliser », a déclaré Giddis. « Pour cette exposition, nous souhaitions essentiellement puiser dans notre collection puis dans des collections privées locales. Et parce que nous avons des clients qui possèdent une très vaste collection de dessins marginaux, nous avons donc voulu présenter cette collection privée et avons découvert que, vous savez, il y a beaucoup d’œuvres entreposées qui ne sont pas souvent vues sur papier.

Giddis a également déclaré que certaines œuvres d’art sont plus précaires que d’autres et nécessitent des soins supplémentaires.

« [The artwork] ne peuvent pas être exposés à la lumière pendant de longues périodes, simplement à cause de la façon dont cette lumière et cette exposition les vieillissent ou leur font face », a déclaré Giddis. «Nous voulions donc présenter certaines œuvres qui sont normalement entreposées et mettre en valeur cette collection privée. Nous avons donc atterri, vous savez, en nous concentrant sur Paris au XIXe siècle et sur la façon dont le Paris que nous connaissons et aimons aujourd’hui a réellement été créé au cours de cette période de 1850 à 1920. »

L’œuvre d’art que le High utilise pour l’exposition est un prêt. Une fois l’exposition terminée, le musée renvoie l’œuvre aux collectionneurs privés.

« Nous pouvons montrer cet art pendant un certain temps », a déclaré Giddis. « Nous avons la chance de voir toutes les différentes œuvres d’art sous différents angles et à partir de différents supports. »

Dee Cox est allé à Paris et peint également régulièrement. Forte de son expérience, elle dit apprécier l’exposition, en particulier la projection de Paris à une époque qu’elle ne verra pas dans la vraie vie.

« J’aime la vidéo parce que j’aime voir à quoi ressemblait la Tour Eiffel dans les années 1900 », a déclaré Dee Cox. « Certaines des structures que je vois sur cette photo, je les ai déjà vues, et d’autres que je n’ai pas vues du tout. »

Grâce à la conception de l’exposition, Giddis a déclaré qu’elle avait trouvé la période plus unique que ce qu’elle connaissait auparavant.

« Lorsque Claudia et moi avons regardé l’émission pour la première fois, nous avons pensé que ce serait un petit reportage intéressant sur Paris », a déclaré Giddis. « Ce que nous avons découvert en regardant de plus près l’œuvre, c’est qu’il y a des représentations vraiment belles et émouvantes de la ville et de ses habitants. »

Einecke a déclaré que l’exposition est conçue pour accompagner ce que les gens peuvent voir en visitant Paris, et non pour remplacer l’expérience réelle d’y aller.

« La façon dont cette exposition est présentée ressemble à un guide », a déclaré Einecke. « La Tour Eiffel n’est pas dans l’exposition d’art elle-même, seulement dans une vidéo, même si c’est l’image architecturale quand on pense à Paris. Il s’agit des lieux, des gens et des scènes.

Bouton retour en haut de la page