Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles

Ouverture d’une exposition d’art palestinien au centre de Londres

Légende,

Un tableau de l’artiste Nameer Qassim exposé à la galerie P21

Une exposition d’art palestinien a ouvert ses portes à la galerie P21 au centre de Londres.

Cela arrive à un moment de division dans le monde de l’art.

Plusieurs lieux en Europe et en Amérique du Nord ont annulé des expositions et des événements avec des artistes palestiniens et pro-palestiniens, principalement en raison de commentaires sur la guerre entre Israël et Gaza. Et à Istanbul, des œuvres d’artistes israéliens ont été retirées d’une exposition pour éviter les protestations du public.

« De Palestine avec l’art » a déjà été présenté à la Biennale de Venise 2022, mais les organisateurs affirment que, compte tenu du climat actuel, ils ressentent le besoin de le remettre sous les projecteurs.

« Nous essayons de projeter la véritable image des Palestiniens : nous sommes des gens qui aiment la paix, nous sommes humains », déclare Faisal Saleh, conservateur et directeur du Palestine Museum US.

Légende,

L’artiste de Gaza Mohammed Alhaj a peint « Déplacement » en 2021

Il me fait parcourir les deux étages de l’exposition, me racontant de petites anecdotes sur certains des 20 artistes présentés ici.

En se promenant parmi des peintures lumineuses, des photos intimistes et des sculptures en bronze, on ne peut s’empêcher de ressentir la vivacité d’une scène artistique dont on parle rarement.

Finalement, M. Saleh s’arrête devant un tableau représentant des personnes sans visage errant sans but dans un espace abstrait. L’auteur, Mohammed Alhaj, est un peintre de Gaza.

« Cela pourrait être la frontière entre les États-Unis et le Mexique, ou la frontière entre la Turquie et la Grèce », dit M. Saleh.

« Quand Mohammed Alhaj a peint ceci en 2021, il voulait que ce soit universel. Il ne savait pas que ce serait lui », ajoute-t-il, faisant référence à la guerre en cours.

Mohammed Alhaj fait partie des milliers de Palestiniens déplacés à Gaza depuis le début de la guerre.

Il s’est réfugié avec sa famille dans une tente à Al Mawasi, dans le sud de Gaza. Il s’agit d’une étroite bande de terre en bord de mer, avec peu de bâtiments et principalement constituée de dunes de sable et de terres agricoles.

Ces dernières semaines, les communications sont devenues de plus en plus difficiles, mais j’ai réussi à lui parler brièvement via des messages vocaux.

« La situation est vraiment mauvaise, je ne peux pas décrire à quel point elle est mauvaise », m’a-t-il dit.

« L’eau salée est difficile à obtenir, l’eau potable est difficile à obtenir. Les journées sont épuisantes. Ceux qui avaient de l’argent s’épuisent. Ceux qui avaient la capacité de supporter cela n’ont plus de force. »

M. Alhaj me dit qu’il essaie maintenant de quitter Gaza avec sa femme et ses quatre enfants en passant par le poste frontière de Rafah.

Légende,

Taqi Sabateen dépeint le paysage de Cisjordanie, où il vit

Lors de l’exposition, un mur entier est réservé aux peintures de paysages. Ils racontent l’histoire d’un pays magnifique et déchiré par la guerre.

Dans certains d’entre eux, parmi les oliveraies luxuriantes, vous pouvez apercevoir des signes de barrages routiers et de colonies israéliennes en Cisjordanie occupée.

Deux de ces peintures sont dues au célèbre graffeur Taqi Sabateen, qui vit dans un village de la région.

« J’ai fait un tableau plein d’espoir, sans lutte, sans violence », me dit-il lors d’un appel quelques jours avant l’exposition. « J’ai saisi cette opportunité pour montrer aux gens la beauté de la Palestine. »

Quand je lui demande ce qu’il ressent à l’idée d’exposer son travail à Londres, il pousse un profond soupir.

« Cette exposition est une archive d’urgence », dit-il. « Mes amis à Gaza m’envoient des photos de leurs ateliers, tous leurs tableaux ont été endommagés. Ces tableaux qui sont [in London]sont du bon côté. »

« C’est bien. J’ai l’impression qu’une partie de moi est sortie de ce pétrin. »

Écoutez le meilleur de BBC Radio London sur Sounds et suivez BBC London sur Facebook, X et Instagram. Envoyez vos idées d’articles à hello.bbclondon@bbc.co.uk

Delphine

Bonjour, je m'appelle Delphine. Je suis un journaliste passionné par la découverte de la vérité et le récit d'histoires importantes. Je crois au pouvoir des mots pour avoir un impact sur la vie des gens et ouvrir les esprits. Mes écrits se concentrent sur les questions de justice sociale, les droits de l'homme et l'actualité. Quand je n'écris pas, vous pouvez me trouver en train de lire des livres ou d'explorer ma ville.
Bouton retour en haut de la page