Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Politique

Netanyahu : n’importe qui dirait « non » aux conditions du Hamas pour l’accord sur les otages à Gaza

Israël n’acceptera pas les dernières conditions du Hamas concernant un accord d’otages, a déclaré mercredi le Premier ministre Benjamin Netanyahu aux journalistes, mais il n’a pas exclu la poursuite des négociations en vue d’un accord acceptable visant à garantir la libération de plus de 130 otages détenus dans l’enclave.

« D’après ce que j’ai vu, même vous diriez non » à l’offre du Hamas, a déclaré Netanyahu au journaliste qui l’avait interrogé à ce sujet.

Céder aux diktats du groupe terroriste ne ferait que garantir un autre massacre semblable à celui du 7 octobre, a-t-il déclaré, soulignant l’attaque contre le sud d’Israël au cours de laquelle plus de 1 200 personnes ont été tuées et 253 autres prises en otages.

Il a répondu aux informations selon lesquelles Israël accepterait de libérer les terroristes palestiniens emprisonnés pour avoir tué des Israéliens, déclarant qu’il n’avait pris aucun engagement en ce sens.

Le ministre de la Défense Yoav Gallant a laissé entendre qu’Israël pourrait rejeter les conditions du Hamas concernant un accord d’otages visant à libérer plus de 130 captifs qu’il détient à Gaza.

« La réponse du Hamas a été formulée de manière à ce qu’Israël la refuse », a déclaré Gallant. « Sa position conduira à la poursuite de la guerre et à l’envoi prochain de nos forces vers d’autres endroits à Gaza. »

Il s’est exprimé avant les conférences de presse consécutives entre le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le secrétaire d’État américain Antony Blinken qui se sont tenues mercredi soir.

Publicité

Ces déclarations interviennent moins d’un jour après que le Hamas a publié sa contre-proposition à un accord-cadre américano-israélien visant à libérer plus de 130 otages que le groupe terroriste détient à Gaza.

L’insistance du Hamas sur une pause prolongée de la guerre de 135 jours, un cessez-le-feu permanent et un retrait complet de Tsahal de l’enclave, ont dissipé l’optimisme quant à l’imminence de la libération des captifs.

Il a souligné la complexité de ce qui risque d’être un processus long.

Netanyahu s’adressera aux journalistes à Jérusalem à 19h30 tandis que Blinken s’adressera aux journalistes à 20h30 à Tel Aviv.

Les familles des otages feront également une déclaration

La campagne des familles pour la libération des otages fera une déclaration à 20 heures, également depuis Tel Aviv.

Le Hamas a appelé à un processus de 135 jours pour libérer les otages en trois phases en échange d’un cessez-le-feu permanent, selon un document consulté par Reuters.

Au cours de la première phase de 45 jours, toutes les femmes otages israéliennes, les hommes de moins de 19 ans, ainsi que les personnes âgées et malades seraient libérés. En échange, les femmes et les mineurs palestiniens détenus dans les prisons israéliennes pour des raisons de sécurité seraient libérés et l’armée israélienne se retirerait des zones peuplées de Gaza.

La mise en œuvre de la deuxième phase ne commencera pas tant que les parties n’auront pas conclu « des pourparlers indirects sur les conditions nécessaires pour mettre fin aux opérations militaires mutuelles et revenir au calme complet ».

La deuxième phase comprendrait la libération des otages masculins restants et le retrait complet d’Israël de tout Gaza. Les corps et les restes seraient échangés au cours de la troisième phase.

Une source proche des négociations a déclaré que la contre-proposition du Hamas n’exigeait pas la garantie d’un cessez-le-feu permanent au début, mais qu’il faudrait qu’un accord soit mis sur la fin de la guerre pendant la trêve avant que les derniers otages ne soient libérés.

Une deuxième source a déclaré que le Hamas voulait toujours des garanties de la part du Qatar, de l’Égypte et d’autres États amis que le cessez-le-feu serait respecté et ne s’effondrerait pas dès que les otages seraient libérés.

« Ils veulent que l’agression cesse, et pas temporairement, pas là où (les Israéliens) prennent les otages et où le peuple palestinien vit alors dans un broyeur. »

Blinken, arrivé du jour au lendemain en Israël après des escales en Arabie saoudite, en Égypte et au Qatar, a rencontré Netanyahu mercredi pour discuter de la proposition.

La proposition du Hamas – une réponse à une offre envoyée la semaine dernière par les médiateurs qatariens et égyptiens et approuvée par Israël et les États-Unis – intervient dans le cadre de la plus grande poussée diplomatique jamais menée en faveur d’un arrêt prolongé des combats.

La guerre entre Israël et le Hamas a été déclenchée par l’attaque menée par le Hamas contre le sud d’Israël le 7 octobre, au cours de laquelle plus de 1 200 personnes ont été tuées et 253 autres prises en otages.

Le Hamas a affirmé que la campagne militaire israélienne visant à le détruire a causé plus de 27 000 morts à Gaza. Israël a affirmé que plus de 9 000 d’entre eux étaient des combattants.

En novembre, une trêve temporaire d’une semaine a permis la libération de 105 otages en échange de la libération de quelque 240 prisonniers de sécurité palestiniens dans les prisons israéliennes. Cinq autres otages ont été libérés séparément et les corps de 11 captifs ont été rendus en Israël.

Plus tôt dans la journée, Blinken a rencontré Netanyahu pour ce que le bureau du Premier ministre a qualifié de « longue réunion privée ».

Ils ont été rejoints pour une réunion élargie avec des responsables américains et israéliens, notamment le ministre de la Défense Yoav Gallant, le ministre des Affaires stratégiques Ron Dermer, le chef du Mossad David Barnea et le chef d’état-major de Tsahal Herzl Halevy. Blinken devrait également rencontrer le président Isaac Herzog.

Elodie

Bonjour, je m'appelle Élodie. Je suis un journaliste passionné par la découverte de la vérité et le récit d'histoires importantes. Mon objectif est de partager des informations importantes avec le monde de manière engageante et significative. Je recherche, explore et pose toujours des questions pour m'assurer que mon travail est à la fois précis et percutant. Je crois que chacun a le droit de savoir ce qui se passe autour de lui, c'est pourquoi je m'efforce d'apporter de la clarté et de la perspicacité à travers mes écrits.
Bouton retour en haut de la page