Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles du monde

L’Iran n’ordonne pas aux Houthis ou à d’autres groupes de lancer des attaques, a déclaré l’envoyé iranien à l’ONU

L’Iran ne fournit pas d’armes aux forces Houthis au Yémen et n’exerce pas de contrôle sur les militants ou autres groupes armés de la région qui lancent des attaques contre les États-Unis et Israël, a déclaré l’ambassadeur iranien à l’ONU dans une interview à Lester Holt de NBC News.

A la question de savoir si l’Iran arme les militants Houthis qui ont lancé des dizaines d’attaques de drones et de missiles contre des navires commerciaux dans la mer Rouge et le golfe d’Aden ces derniers mois, Amir Saeid Iravani a répondu : « Pas du tout ».

Il a ajouté que les Houthis « possèdent leurs propres armes » et que l’Iran ne donne pas d’instructions sur la manière dont ils doivent les utiliser.

Décrivant les relations de l’Iran avec les groupes armés que Téhéran appelle « l’Axe de la Résistance », Iravani a déclaré que son gouvernement avait quelque chose qui s’apparentait à un « pacte de défense » avec les groupes qu’il a comparé à l’alliance de l’OTAN.

« Nous ne les dirigeons pas. Nous ne leur commandons pas. Nous avons une consultation commune les uns avec les autres », a déclaré Iravani.

Mais il a ajouté que l’Iran arme effectivement le Hamas et d’autres militants palestiniens, même si ces groupes prennent également leurs décisions.

Il a déclaré que l’Iran n’avait joué aucun rôle dans l’attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre, qui a tué 1 200 personnes, dont de nombreux civils.

« Nous n’avons pas participé à cette décision. C’était la décision palestinienne et la mise en œuvre palestinienne. Nous n’avons (…) aucun rôle dans cette affaire », a-t-il déclaré.

Les États-Unis et d’autres gouvernements accusent depuis longtemps l’Iran d’armer, de former et de financer un réseau de mandataires au Liban, dans la bande de Gaza, en Irak, en Syrie et au Yémen, citant des armes récupérées fabriquées en Iran et la présence de conseillers des Gardiens de la révolution iraniens. La Defense Intelligence Agency a déclaré mardi qu’une analyse d’images accessibles au public montre que les Houthis utilisent des missiles balistiques et des drones de fabrication iranienne pour cibler les navires commerciaux dans la mer Rouge.

Iravani a déclaré que l’Iran voulait « calmer la situation » au Moyen-Orient et que la meilleure voie pour apaiser les tensions était de forger un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas.

« Nous ne voulons pas de crise dans cette région », a-t-il déclaré.

Mais il a déclaré que l’Iran ne se laisserait pas intimider par les menaces américaines et qu’il était prêt à se défendre si nécessaire.

« Je pense que le langage de la menace ne fonctionnera pas contre l’Iran. Le langage de la coopération et du respect jouera contre l’Iran », a-t-il déclaré. « Si vous pensez que l’Iran a peur des menaces, vous avez absolument tort. »

Si les États-Unis attaquent « le sol iranien… ou des individus iraniens partout dans le monde… nous les défendrons, absolument ».

Iravani a déclaré que l’Iran et les États-Unis ont « toujours » eu des moyens de communiquer par des intermédiaires, même si les deux pays n’ont pas de relations diplomatiques formelles. Des négociations indirectes ont permis l’année dernière un échange de prisonniers et le déblocage de fonds gelés par les sanctions, mais les discussions sur la relance de l’accord nucléaire de 2015 ont échoué, a-t-il déclaré.

« Il est difficile de reprendre ces discussions qui ont échoué », a-t-il déclaré.

Holt a demandé si l’Iran pouvait mettre fin aux attaques des Houthis dans la mer Rouge par un appel téléphonique, et Iravani a répondu que ce n’était pas possible, car Téhéran n’avait pas d’autorité sur le groupe. Il a déclaré que l’Iran était prêt à encourager les Houthis à mettre un terme à leurs attaques si, dans le même temps, Israël se retirait de Gaza et levait les restrictions sur les livraisons d’aide.

Iravani a déclaré que les forces Houthis n’avaient jamais été « impliquées » en mer Rouge avant qu’Israël n’ait lancé une offensive contre le Hamas à Gaza. Il a qualifié la campagne israélienne dans l’enclave palestinienne d’« agression » et a déclaré que les Houthis ciblaient uniquement les navires transportant des marchandises à destination et en provenance d’Israël, car les Palestiniens étaient confrontés à des restrictions sur la nourriture et le carburant entrant à Gaza.

Cependant, des compagnies maritimes privées, les États-Unis et d’autres gouvernements affirment que les Houthis ont attaqué une série de cargos sans aucun lien commercial avec Israël.

Plus tôt mardi, les forces houthies au Yémen ont tiré six missiles balistiques antinavires sur deux cargos commerciaux différents transitant par la mer Rouge et le golfe d’Aden, a déclaré un responsable de la défense à NBC News. Trois des missiles ont visé le MV Star Nasia, un vraquier opérant dans le golfe d’Aden, causant des dégâts mineurs et aucun blessé. Le navire avait récemment visité un port égyptien et est à destination de l’Inde, selon des données maritimes accessibles au public. Trois autres missiles tirés vers un deuxième cargo dans le sud de la mer Rouge ont touché l’eau à proximité sans effet, a indiqué le responsable de la défense.

Darcy

Salut, je m'appelle Darcy. Je suis un journaliste passionné par la découverte de la vérité. Je suis toujours à la recherche d'histoires à raconter et d'histoires qui peuvent nous aider à mieux comprendre le monde qui nous entoure. Mon travail consiste à trouver les faits et à les rapporter de manière impartiale afin que les gens puissent prendre leurs propres décisions sur ce qui se passe dans le monde. Je suis fier de mon travail et m'engage à fournir des informations précises aux lecteurs.
Bouton retour en haut de la page