Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Politique

Le Kremlin dénonce Tucker Carlson pour sa diatribe contre les médias

Tucker Carlson s’apprête à interviewer le président russe Vladimir Poutine.
Jason Koerner/Getty Images, LUDOVIC MARIN/AFP via Getty Images

  • Tucker Carlson fait face à des réactions négatives pour avoir déclaré que les médias occidentaux n’avaient pas tenté d’interviewer Vladimir Poutine.
  • Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin, a rejeté les affirmations de Carlson.
  • L’interview de Carlson avec Poutine sera probablement diffusée jeudi.

Il semblerait que même le Kremlin pense que Tucker Carlson est allé trop loin dans sa critique des médias occidentaux.

L’ancien animateur de Fox News a affirmé que « pas un seul journaliste occidental n’a pris la peine d’interviewer » le président russe, Vladimir Poutine, depuis le début de la guerre en Ukraine et a accusé les journalistes de se livrer à des « séances d’encouragement flatteuses ».

Il a fait ces commentaires dans un vidéo sur X pour promouvoir son entretien avec Poutine, qui, selon le Wall Street Journal, serait probablement publié jeudi.

Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin, a rejeté les affirmations de Carlson et a déclaré que le gouvernement avait reçu plusieurs demandes d’interviews, mais qu’elles provenaient toutes de médias occidentaux « qui adoptent une position unilatérale ». Meduza a rapporté.

« M. Carlson n’a pas raison », a-t-il déclaré. « En fait, il n’a aucun moyen de le savoir. Nous recevons de nombreuses demandes d’interviews avec le président, mais la plupart du temps, en ce qui concerne les pays de l’Occident collectif, elles émanent des grands médias de réseau : chaînes de télévision traditionnelles et grands journaux qui n’essayez même pas de paraître impartial dans leur couverture. »

Les commentaires de Carlson ont également suscité des réactions négatives de la part des médias du monde entier.

Le chef du bureau de Moscou du Financial Times, Max Seddon, a déclaré que Carlson avait tort de suggérer que les journalistes basés aux États-Unis ne couvraient pas la Russie alors que deux journalistes étaient « actuellement en prison pour avoir fait exactement cela », a rapporté BBC News.

Le journaliste du Wall Street Journal Evan Gershkovich et Alsou Kurmasheva de Radio Free Europe sont en détention provisoire en Russie depuis l’année dernière.

Steve Rosenberg, rédacteur en chef de la BBC pour la Russie, a déclaré que son média avait « déposé plusieurs demandes auprès du Kremlin au cours des 18 derniers mois », ajoutant : « Toujours un ‘non’ pour nous ».

Carlson a déclaré mardi dans un article sur X que l’interview permettrait aux citoyens américains de comprendre le point de vue de la Russie sur la guerre.

« Nous ne vous encourageons pas à être d’accord avec ce que Poutine pourrait dire dans cette interview, mais nous vous invitons à la regarder », a-t-il déclaré. « Tu devrais en savoir autant que tu peux. »

Les commentaires de Carlson sur Poutine sont importants. Même si son influence s’est atténuée depuis son départ de Fox News, il reste néanmoins largement suivi et a défendu le dirigeant russe à de nombreuses reprises.

En 2021, alors que l’armée russe arrivait à la frontière ukrainienne, Carlson a déclaré que Poutine essayait «pour assurer la sécurité de ses frontières occidentales » — une rhétorique presque identique à la propagande du Kremlin.

Le BBC Carlson a noté que Carlson avait changé de ton à mesure que la guerre progressait, déclarant : « Vladimir Poutine a déclenché cette guerre. … Il est responsable de ce que nous voyons ce soir en Ukraine.

Cependant, Carlson a qualifié le président ukrainien Volodymyr Zelensky de « dictateur » qui « est ami avec tout le monde à Washington ».

En réponse aux allégations selon lesquelles il serait un pion de Poutinea déclaré Carlson Axios en 2022 : « Je m’en fiche. »

« C’est trop stupide », a-t-il ajouté. « Je ne parle pas russe. Je ne suis jamais allé en Russie. La Russie ne m’intéresse pas vraiment. Tout ce qui m’importe, c’est le sort des États-Unis parce que j’ai quatre enfants qui vivent ici. »

Elodie

Bonjour, je m'appelle Élodie. Je suis un journaliste passionné par la découverte de la vérité et le récit d'histoires importantes. Mon objectif est de partager des informations importantes avec le monde de manière engageante et significative. Je recherche, explore et pose toujours des questions pour m'assurer que mon travail est à la fois précis et percutant. Je crois que chacun a le droit de savoir ce qui se passe autour de lui, c'est pourquoi je m'efforce d'apporter de la clarté et de la perspicacité à travers mes écrits.
Bouton retour en haut de la page