Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Politique

Jagmeet Singh met Justin Trudeau « en garde » à propos de l’assurance-médicaments

Le chef du NPD, Jagmeet Singh, a déclaré qu’il avait averti le premier ministre Justin Trudeau que l’incapacité de présenter un projet de loi-cadre suffisant sur l’assurance-médicaments avant la date limite du 1er mars constituerait une rupture dans l’offre et la confiance.

Lors d’une conférence de presse mercredi, Singh a révélé qu’il avait eu une réunion « difficile » avec le premier ministre lundi, au cours de laquelle il a exposé la ligne du NPD en ce qui concerne le projet de loi promis sur l’assurance-médicaments.

« J’ai été clair… c’est quelque chose que nous prenons très au sérieux. Nous n’allons pas prolonger cela plus loin. Nous sommes très sérieux sur le fait qu’un régime d’assurance-médicaments doit être mis en place », a déclaré Singh.

« Je l’ai prévenu que nous prévoyons que d’ici le 1er mars, sinon il y aura des répercussions… si le gouvernement ne donne pas suite. »

La mise en place d’un cadre pour un régime national d’assurance-médicaments était l’un des éléments essentiels de l’accord bipartite destiné à assurer au gouvernement libéral minoritaire une stabilité parlementaire jusqu’en juin 2025, en échange de progrès sur les politiques progressistes.

Maintenant, Singh a indiqué que si les libéraux ne donnent pas suite au mois prochain, il considérera que cela signifie qu’ils ont « renoncé » à leur pacte. Il a déclaré qu’il n’était pas ouvert à des retards supplémentaires.

« Nous avons exprimé nos demandes et nos attentes très clairement. Le premier ministre et le gouvernement libéral savent maintenant où nous en sommes, et nous verrons ce qui se passera le 1er mars », a déclaré Singh.

Il a indiqué que les deux partis continuent de diverger sur la question de savoir si l’accord sera véritablement à payeur unique et universel, accusant le parti de Trudeau d’essayer de promouvoir un « système mixte » pour plaire aux compagnies pharmaceutiques et aux compagnies d’assurance.

« Ils ont trouvé de nombreuses excuses pour ne pas utiliser certains mots. Nous allons continuer à faire pression pour ce que leur propre convention a adopté, ce que leur propre commission a recommandé, ce que tous les pays du monde où nous avons Nous avons examiné où se trouvent les meilleures pratiques… c’est pour cela que nous allons nous battre », a déclaré Singh.

Lors d’une assemblée publique lors de la retraite du caucus d’Edmonton le mois dernier, Singh et ses députés ont entendu des appels à cerner les libéraux – comme Singh les qualifiait – parfois « glissants » sur l’assurance-médicaments.

Alors que l’accord exigeait initialement que le gouvernement fédéral adopte une « Loi canadienne sur l’assurance-médicaments » d’ici la fin de 2023, les libéraux et les néo-démocrates ont accepté une prolongation, après avoir été incapables de déposer un projet de loi avant cette date.

Le chef du NPD a déclaré que, parce que les libéraux n’avaient pas respecté l’échéance initiale, son parti s’attend maintenant à d’autres mesures, mais il n’a pas voulu donner plus de détails, promettant d’en dire davantage dans les « prochains jours ».

Le député néo-démocrate et porte-parole en matière de santé, Don Davies, a déclaré aux journalistes lors de la retraite de janvier qu’il y avait eu des échanges sur les positions des partis sur la portée du projet de loi, après que le projet initial ait été rejeté par Singh parce qu’il offrait une couverture « insuffisante ». pour les Canadiens.

Davies a déclaré que le NPD avait des propositions « créatives » et « audacieuses » pour voir une version acceptable du projet de loi se concrétiser.

Interrogé mardi sur l’état d’avancement des négociations et sur les contraintes économiques globales imposées au gouvernement, compte tenu du coût estimé à plusieurs milliards de dollars d’un programme universel de médicaments, le ministre de la Santé, Mark Holland, a reconnu que le gouvernement fédéral « ne peut pas se permettre que ce soit un programme extrêmement coûteux ». programme. »

Il a déclaré que le NPD respectait la marge de manœuvre limitée dont disposaient les libéraux et que les deux côtés « progressaient concrètement ».

« Le défi sur ces choses est que vous savez, à mesure que vous pensez avoir un accord, il y a toujours des détails supplémentaires et des éléments supplémentaires qui entrent en jeu », a déclaré Holland. « Quand je dis que ça avance bien, je le dis avec sérieux. C’est vrai, mais ce n’est pas facile. »

Elodie

Bonjour, je m'appelle Élodie. Je suis un journaliste passionné par la découverte de la vérité et le récit d'histoires importantes. Mon objectif est de partager des informations importantes avec le monde de manière engageante et significative. Je recherche, explore et pose toujours des questions pour m'assurer que mon travail est à la fois précis et percutant. Je crois que chacun a le droit de savoir ce qui se passe autour de lui, c'est pourquoi je m'efforce d'apporter de la clarté et de la perspicacité à travers mes écrits.
Bouton retour en haut de la page