Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles du monde

Existe-t-il un moyen de parvenir à la paix en Israël et en Palestine ? Je crois qu’il y a | Daniel Lévin

jeEn 1948, mon père a été grièvement blessé dans les derniers jours de la guerre israélo-arabe, appelée par les Israéliens la guerre d’indépendance et par les Palestiniens la Nakba, ou « catastrophe » en arabe. Le côté gauche de son corps a été emporté, y compris son bras gauche. Quand j’étais petit, il me parlait souvent de ses amis morts au combat et disait qu’il rêvait du jour où il y aurait la paix entre Israéliens et Palestiniens, afin que ma génération n’ait plus à mener ces guerres. . En 1990, pendant la première Intifada, j’ai servi dans une unité de combat des Forces de défense israéliennes à Gaza. Et nous voilà, toutes ces décennies plus tard. Voilà pour les rêves de mon père.

Nous sommes inondés de commentaires sur la culpabilité de ce conflit, de dissections biaisées de l’histoire, de la culture et de la religion, et de postures prévisibles via l’utilisation de sources sélectives d’information et de désinformation. Malgré les exigences maximalistes des camps israélien et palestinien, défendues par l’appui religieux et amplifiées en temps de guerre, aucune des deux parties ne va s’auto-déporter et créer une autre patrie ailleurs. Ce qui manque, malheureusement, c’est une discussion sérieuse sur une vision et une solution qui pourraient être acceptables pour toutes les parties. Avant que tout le monde rejette cette idée comme étant naïve, prenons un moment pour revenir sur les choix dominants.

1 Le status quo. Pendant des décennies, Israël a cru disposer de la puissance militaire et des renseignements nécessaires pour gérer la situation en sapant et en affaiblissant systématiquement l’Autorité palestinienne en Cisjordanie afin de noyer toute perspective d’État palestinien indépendant. Il a également maintenu un accord tacite avec le Hamas, interrompu par des guerres et des escarmouches périodiques, que les Israéliens qualifiaient de « tondre l’herbe » à Gaza. Cette erreur a finalement été brisée le 7 octobre.

2 Une solution à un seul État. L’idée d’un État binational et laïc pour Israéliens et Palestiniens, avec Jérusalem pour capitale, est aussi séduisante qu’utopique. Peut-être que cela aurait été possible, au moins en théorie, si Israël avait été fondé comme un État pour les Juifs, plutôt que comme un État juif. Mais il y a eu trop de haine et trop de traumatismes pour envisager quoi que ce soit qui ressemble à une patrie commune aux deux nations.

3 Une solution à deux États. Pendant des décennies, l’idée selon laquelle chaque nation vivait côte à côte dans son propre État a été considérée comme l’étalon-or de la diplomatie du Moyen-Orient. Peu importe que cela n’ait jamais été réellement tenté – d’abord parce que personne ne parvenait à s’entendre sur la frontière, et ensuite parce qu’aucune des deux parties ne voulait abandonner ses aspirations à l’ensemble du pays via un engagement irrévocable en faveur de la paix et de la coexistence. Peu importe qu’aucune des parties ne soit disposée à faire des compromis sur Jérusalem, ou que chaque partie rejette la responsabilité sur l’autre des échecs des négociations périodiques et traite ceux qui étaient prêts à faire des concessions comme des traîtres. Yitzhak Rabin, l’ancien Premier ministre israélien, a été assassiné en 1995 par un fanatique juif de droite pour avoir commis un acte de trahison impardonnable en signant les accords d’Oslo et en serrant la main du dirigeant palestinien Yasser Arafat à la Maison Blanche en 1993.

Le seul cas où une certaine forme de solution à deux États a effectivement été mise en œuvre, avec une séparation dure entre Israéliens et Palestiniens, s’est produit à Gaza, après le démantèlement des colonies juives en 2005 et le désengagement israélien. Imaginez maintenant la même dure séparation entre Israël et la Cisjordanie, avec une économie effondrée, un chômage de masse et une pauvreté.

Mais si tous ces scénarios conduisent au même cauchemar, existe-t-il quelque chose qui pourrait fonctionner, quelque chose qui pourrait mettre fin à des décennies de meurtres et de désespoir ? Il s’avère que oui.

Ce quelque chose est une confédération de deux États indépendants. Cela combinerait les éléments nécessaires d’une solution à deux États – la séparation des Palestiniens et des Israéliens – avec les ingrédients ambitieux d’une solution à un État : la liberté d’emploi, de mouvement et de résidence sur l’ensemble du territoire, sous réserve de strictes conditions de sécurité, et une politique budgétaire et économique coordonnée. Une confédération reconnaîtrait le lien profond de chaque nation avec l’ensemble du pays, mais indiquerait également clairement qu’aucune des deux ne peut tout posséder. Les citoyens de chaque nation ne voteraient que dans leur propre État, mais ils pourraient visiter, résider, travailler ou étudier dans l’autre.

Il faudra du temps et de nombreuses étapes intermédiaires pour faire de cet avenir une réalité. À l’heure actuelle, les Israéliens sont trop traumatisés par le massacre du 7 octobre pour envisager une quelconque forme de coexistence. Les Palestiniens sont trop traumatisés par des décennies d’occupation et de boucherie à Gaza pour ressentir autre chose que de la haine et de la vengeance. Mais si la tragédie qui se déroule actuellement contient une raison d’espérer, elle réside dans la clarté croissante de ce qu’il faudrait pour que les Palestiniens et les Israéliens aient un avenir, côte à côte et ensemble.

Dans un premier temps, il faudrait une séparation dure, avec une frontière délimitant le territoire de chaque camp, éventuellement avec une zone démilitarisée pendant une période de transition. Les colons israéliens vivant actuellement illégalement dans les territoires palestiniens occupés auraient le choix de retourner en Israël avec de généreux programmes de logement et de réinstallation, ou de devenir résidents de Palestine et soumis à la loi palestinienne. Alors que chaque partie serait responsable de la sécurité sur son propre territoire et de son côté de la frontière, il y aurait une coopération accrue en matière de sécurité et de renseignement entre les deux nations – quelque chose qui fonctionne étonnamment bien depuis des années entre les services de sécurité israéliens et palestiniens. dans les territoires occupés.

Cependant, contrairement à Gaza, cette dure séparation serait mise en œuvre parallèlement à des mesures de soutien à la population palestinienne – non pas avec des valises remplies d’argent qui ne font qu’enrichir les dirigeants corrompus, mais avec l’éducation, l’emploi, l’investissement et le commerce. Les États arabes auraient un rôle vital à jouer dans ce processus. De plus, la séparation ne durerait pas éternellement ; il lui faudrait un objectif de temporisation lorsque les conditions d’une forme de coexistence plus intégrée entre Palestiniens et Israéliens seraient réunies. mûr.

Lorsque ceux qui sont au pouvoir excellent mais échouent à gouverner, leurs motivations sont programmées pour aggraver et perpétuer le conflit, plutôt que d’y mettre fin. Notre soutien doit aller à ceux qui comprennent la nécessité d’une coexistence vivable, digne et pacifique pour les générations futures. Nous devrions soutenir les organisations qui soutiennent la vision de la confédération, comme Une Terre pour tous, avec des Palestiniens et des Israéliens travaillant sans relâche ensemble, même s’ils sont attaqués, ridiculisés et ostracisés par leurs propres communautés.

Enfin, les pays ayant du pouvoir et de l’influence dans la région – les États-Unis, l’Égypte, la Jordanie, la Turquie, l’Arabie Saoudite, le Qatar, les Émirats arabes unis et les pays européens – devraient abandonner leur soutien biaisé et intéressé et plutôt promouvoir une solution qui pourrait, en fait, être acceptable pour les Israéliens et les Palestiniens. Arrêtez de faire partie du problème et commencez à faire partie de la solution. Personne n’aura tout. Mais au moins, personne n’aura rien.

  • Daniel Levin est membre du conseil d’administration de la Fondation Liechtenstein pour la gouvernance de l’État, qui participe à des initiatives de médiation de type 3 au Moyen-Orient, y compris des négociations sur les otages.

  • Avez-vous une opinion sur les questions soulevées dans cet article ? Si vous souhaitez soumettre une réponse de 300 mots maximum par courrier électronique afin qu’elle soit prise en compte pour publication dans notre section de lettres, veuillez cliquer ici.

Capucine

Bonjour, je m'appelle Capucine. Je suis journaliste et journaliste passionné. Je crois que la connaissance, c'est le pouvoir et qu'il est important de tenir les gens informés de ce qui se passe dans le monde. J'aime rechercher des sujets et écrire des histoires qui font réfléchir les gens et apprennent quelque chose de nouveau. Mon objectif est d'être toujours au courant des dernières nouvelles et événements afin de pouvoir les partager avec les autres.
Bouton retour en haut de la page