Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles du monde

Des milliers de Palestiniens malades doivent être évacués de toute urgence de Gaza, selon le ministère

Mises à jour en direct : suivez les dernières nouvelles sur Israël-Gaza

Plus de 10 000 Palestiniens malades ou blessés doivent être évacués d’urgence de la bande de Gaza pour recevoir des soins médicaux appropriés qui pourraient leur sauver la vie, a déclaré mercredi le ministère de la Santé dirigé par le Hamas.

« Il y a 11 000 personnes malades et blessées qui ont un besoin désespéré et urgent de quitter Gaza pour recevoir des soins vitaux », a déclaré le porte-parole du ministère, le Dr Ashraf Al Qudra.

Près de 350 000 personnes coincées à Gaza ont besoin de médicaments qui pourraient leur sauver la vie, a ajouté le ministère.

Plus de 27 700 Palestiniens ont été tués et 67 147 blessés lors des frappes israéliennes sur Gaza depuis le 7 octobre, précise le communiqué, ajoutant qu’au cours des seules dernières 24 heures, 123 ont été tués et 169 blessés.

Propagation de la maladie

L’Observatoire Euro-Med des Droits de l’Homme a déclaré mercredi que la famine imposée aux civils israéliens dans la bande de Gaza aura des conséquences à long terme sur la population.

Le nombre de Palestiniens souffrant de famine et d’autres maladies pourrait dépasser celui tué pendant la guerre, selon des rapports et des experts internationaux dans un document politique intitulé Bande de Gaza : une scène de génocide depuis le 7 octobre et une zone potentielle de famine d’ici le 7 février.

L’observateur a contribué à fournir une analyse de la situation alimentaire catastrophique dans l’enclave et des indicateurs de l’apparition de la famine, en particulier dans la ville de Gaza et dans les zones du nord.

Le journal précise que, dans des conditions optimales, l’aide humanitaire entrant dans la bande de Gaza par le sud était transportée par 70 à 100 camions, dont seulement deux étaient destinés à la ville de Gaza et au nord.

Cependant, avant le 7 octobre, le nombre quotidien de camions de fret et d’aide entrant était d’au moins 500.

Lima Bastami, directrice juridique d’Euro-Med Monitor, a déclaré que le montant de l’aide reçue ne répondait pas aux besoins fondamentaux de la population.

« Leurs besoins augmentent en raison des conditions inhumaines, du génocide, des coupures d’électricité et des pénuries d’électricité, d’eau et de carburant », a-t-elle déclaré.

Elle a averti qu’environ 53 pour cent de la population de la bande de Gaza souffrirait de malnutrition sévère ce mois-ci.

Parallèlement, 26 pour cent de la population, soit environ un demi-million de personnes, souffriront de famine, ce qui entraînera une augmentation des décès dus à la faim, à la malnutrition ou à des maladies associées.

Civils piégés

Les citoyens coincés dans la ville méridionale de Rafah, près de la frontière égyptienne, craignent de ne pouvoir aller nulle part suite aux menaces d’attaques israéliennes.

Amira Ismael, qui a fui la ville de Gaza pour Khan Younis puis pour Rafah, s’inquiète du sort de ses enfants.

« Où pouvons-nous aller maintenant ? Il ne reste plus aucune zone dans la bande de Gaza », a-t-elle déclaré. Le National.

Mme Ismael s’est dite préoccupée par le bien-être psychologique de ses enfants, car leurs seuls souvenirs sont ceux de la guerre.

« Tous les deux ans, nous assistons à une nouvelle guerre. Ma fille aînée a 10 ans et elle a connu trois guerres », a déclaré Mme Ismael.

Naziha Fazaa, qui attend que son nom soit répertorié pour pouvoir quitter la bande de Gaza pour rejoindre son fiancé qui se trouve aux États-Unis, compte à rebours avant son départ.

« Je devais me marier cet été, mais avec la situation actuelle et la guerre, il n’y a aucun espoir de se marier à Gaza », a-t-elle déclaré. Le National.

Elle a vécu dans la ville de Gaza mais a fui à Khan Younis, puis à Al Mawasi et enfin à Rafah.

« Tous nos plans ont changé et maintenant notre avenir n’est pas clair, tout cela parce que nous sommes Palestiniens et vivons à Gaza », a-t-elle déclaré.

Mise à jour : 7 février 2024, 16h48

Capucine

Bonjour, je m'appelle Capucine. Je suis journaliste et journaliste passionné. Je crois que la connaissance, c'est le pouvoir et qu'il est important de tenir les gens informés de ce qui se passe dans le monde. J'aime rechercher des sujets et écrire des histoires qui font réfléchir les gens et apprennent quelque chose de nouveau. Mon objectif est d'être toujours au courant des dernières nouvelles et événements afin de pouvoir les partager avec les autres.
Bouton retour en haut de la page