Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles du monde

Abou Ghraib revécu à la suite d’un « homme nu de Gaza torturé par Israël »

Les horreurs d’Abou Ghraib revécues avec une photo choquante d’un détenu de Gaza blessé et à moitié nu

Malgré la décision de la CIJ du mois dernier, des images et des nouvelles déchirantes sur les crimes de guerre israéliens continuent de affluer de Gaza, où les frappes israéliennes se poursuivent depuis 122 jours.

Les violations commises par Israël à Gaza soulèvent des questions sur son respect de la décision de la CIJ [Getty]

L’image d’un Palestinien blessé, menotté et déshabillé jusqu’aux sous-vêtements, a mis en évidence la poursuite possible des abus à Gaza, malgré une décision rendue le mois dernier par la plus haute juridiction mondiale appelant Israël à mettre fin à son agression brutale.

La photo montre un Palestinien blessé, enchaîné, à moitié nu, assis sur une chaise avec un soldat israélien debout au-dessus de lui.

Elle aurait été prise dans une école de la ville de Gaza et aurait rappelé la prison d’Abou Ghraib, près de Bagdad, lorsque les détenus irakiens étaient humiliés et torturés par des gardes américains.

Le journaliste Younis Tirawi a partagé sur X des images de l’homme palestinien anonyme escorté par les troupes israéliennes, qui aurait été blessé par des éclats d’obus mais qui n’était pas dans un état critique.

À la fin de l’année dernière, les forces israéliennes ont arrêté des dizaines d’hommes palestiniens dans la ville de Gaza lors d’une campagne d’arrestations massives, qui ont été forcés de se déshabiller jusqu’à leurs sous-vêtements, les yeux bandés et menottés.

Les images partagées des hommes alors qu’ils étaient détenus dans un stade de football sont devenues virales et ont provoqué un tollé.

Les médias israéliens ont affirmé que les images montraient des membres présumés du Hamas se rendant. Parmi eux se trouvait Diaa Al-Kahlout, correspondante à Gaza de Les nouveaux Arabes une sœur du service de langue arabe, qui a ensuite été relâchée et a parlé de son calvaire.

Depuis lors, des cas similaires d’abus ont été filmés à d’innombrables reprises.

La semaine dernière, le ministère palestinien des Affaires étrangères a demandé une enquête internationale sur les « massacres israéliens » à Gaza après la découverte d’un charnier.

Trente corps ont été découverts dans des sacs mortuaires dans une cour d’école au nord de la bande de Gaza. Certains rapports indiquent que les victimes semblaient avoir les yeux bandés et torturées avant d’être tuées.

« Abou Ghraib de Gaza »

Les utilisateurs des réseaux sociaux ont comparé ces images pénibles au tristement célèbre incident de torture d’Abou Ghraib en Irak en 2004, lors de l’invasion américaine du pays, lorsque des images de détenus irakiens nus et cagoulés ont suscité un tollé à travers le monde.

Depuis l’attaque israélienne contre Gaza le 7 octobre, des images choquantes de violations des droits humains et des nouvelles de charniers ont soulevé des questions sur le respect par Israël de l’arrêt de la Cour internationale de Justice (CIJ) après que le pays a été accusé de génocide par l’Afrique du Sud.

Israël a également été accusé d’abus et de torture généralisés sur les détenus palestiniens en Cisjordanie occupée, où les prisonniers peuvent être détenus indéfiniment sans inculpation.

La décision du 26 janvier a ordonné à Israël de prendre toutes les mesures nécessaires pour éviter le génocide et de mettre rapidement en œuvre des mesures visant à garantir l’accès aux services essentiels et à l’aide humanitaire pour la population civile de Gaza, entre autres mesures provisoires.

La CIJ a demandé à Israël de sauvegarder les preuves du génocide et de rendre compte de leur conformité dans un délai d’un mois.

Malgré cela, le nombre de victimes des frappes aériennes israéliennes continue d’augmenter et le ministre israélien de la Défense a annoncé la semaine dernière que son armée porterait son attention sur Rafah, la ville la plus au sud de la bande de Gaza, qui accueille désormais des centaines de milliers de Palestiniens déplacés.

Depuis le 7 octobre, l’offensive aérienne et terrestre sans précédent d’Israël a tué près de 27 500 personnes, pour la plupart des femmes et des enfants.

Les bombardements ont également détruit une grande partie des infrastructures du territoire, notamment des écoles, des hôpitaux et des habitations, le rendant inhabitable.

Capucine

Bonjour, je m'appelle Capucine. Je suis journaliste et journaliste passionné. Je crois que la connaissance, c'est le pouvoir et qu'il est important de tenir les gens informés de ce qui se passe dans le monde. J'aime rechercher des sujets et écrire des histoires qui font réfléchir les gens et apprennent quelque chose de nouveau. Mon objectif est d'être toujours au courant des dernières nouvelles et événements afin de pouvoir les partager avec les autres.
Bouton retour en haut de la page